7 min lu




I- Introduction

II- Définition et mise au clair

III- Fonctionnement et principes

IV- La vidéo qui résume tout

V- Conclusion




I- Introduction :


Aujourd’hui, nous allons parler préparation physique, et plus précisément placer des mots sur ce terme encore flou dans l’esprit de beaucoup. C’est le constat que je réalise lorsque je parle de cette notion (pourtant si importante) auprès de sportifs(ves), d'entraîneurs ou simplement d’amateurs de sport. Qu’est-ce que c’est au juste ? A quoi ça sert ? De quoi se compose-t-elle ? Lumière. 



II- Définition de mise au clair :


Pour faire simple, la définition de la préparation physique pourrait se résumer à toutes les actions sportives menées et mises en place pour améliorer la condition physique. Et ce dans un double objectif

  • Le premier, celui de la performance. En ce sens, l’augmentation des performances sportives fait appel à la notion de transfert, c’est-à-dire à ce qu’il est possible de faire à l’entraînement pour le reproduire sur la piste, le court ou encore le terrain. Lancer plus loin, courir plus vite, sauter plus haut, frapper plus fort… C’est clairement le nerf de la guerre et ce qui est recherché en priorité.

  • Le second concerne quant à lui la prévention de blessure, que l’on appelle prophylaxie. L’ensemble des mesures visant à limiter la survenue de blessures/douleurs. En d’autres termes, anticiper les fragilités et potentielles pathologies du sportif selon sa discipline, en effectuant un travail préventif en amont.

D’expérience, ménager un athlète est un élément décisif dans sa saison mais surtout dans sa carrière. 


Renforcement de la chaîne postérieure (ischio-jambiers et fessiers) avec le hip thrust à la barre


  • Si l’un est nécessaire dans la capacité à être plus rapide, fort ou endurant dans son activité, l’autre est essentiel dans le but de conserver l’intégrité du sportif.


Indissociable comme les 2 faces d’une même pièce, ces 2 aspects se complètent donc et permettent de devenir tout simplement meilleur (plus d’aptitudes physiques tout en ayant moins de risques de blessures). Sans l’un, l’autre ne peut s’envisager durablement. 


Une préparation physique de qualité doit inclure un travail cardio-vasculaire mais aussi une sollicitation musculaire (domaine qui m’intéresse tout particulièrement puisqu’étant coach en musculation à distance). Evidemment, la pratique de ces deux thématiques doit être en lien avec l’activité en question, c’est-à-dire complémentaires l’une envers l’autre (attention aux interférences possibles… sujet d’une prochaine vidéo) mais aussi surtout vis-à-vis du sport, sans toutefois ne jamais prendre le dessus sur lui



On retrouve alors un travail effectué en salle de musculation (notion de PPG  - Préparation Physique Générale ou de PPD – Préparation Physique Dissociée) mais également plus spécifique à l’entraînement (notion de PPS – Préparation Physique Spécifique ou de PPI – Préparation Physique Intégrée).





III- Fonctionnement et principes :


Bien sûr, les différentes actions menées dépendent de nombreux facteurs : le profil de chacun, de ses besoins, de son niveau, de son sport, voire même du poste occupé. 

Tout cela ajusté en fonction de la capacité de travail et de récupération de l’athlète, lors des diverses phases de la saison. L’intensité ainsi que le volume d'entraînement, formant la charge de travail, doivent alors être régulés et gérés. 


Tout doit être individualisé, et ce qui convient à un joueur ne serait pas l’idéal pour un autre, même si sur le papier tout en aurait l’air. Et ce sur toute la saison. Combien d’athlètes démarrent très fort leur saison et la finissent sur les rotules ou pire, avec une/des blessure(s) d’usure ?


 Cela nous démontre ainsi que la préparation physique ne se limite qu’à un travail de renforcement musculaire à base d’exercices « libres » au poids de corps et « fonctionnels » de type gainage en circuit par exemple, contrairement à l’idée que certains pourraient en avoir.

Il n’y a qu’à voir les vidéos disponibles sur internet ou les contenus numériques de fédérations. Pire, dans de nombreuses structures amateures où les seules des pompes, des squats et des variantes d’abdominaux sont réalisés… dommage.


Exemple de combiné d'exercices de gainage dynamique


« Il ne s’agit bien ici que d’une petite partie de cette discipline à part entière qu’est la préparation physique » . 


Une préparation physique efficace et digne de ce nom est chargée de faire progresser le pratiquant sur les qualités physiques dont il a besoin, définies à l’avance dans la programmation d’entraînement de la saison. Elles peuvent se regrouper en 2 catégories

  • Avec d’un côté, les qualités physiques « conditionnelles » : la force, la vitesse ainsi que l’endurance. 



  • Et de l’autre, celles dites « de coordination », à savoir la souplesse, l’équilibre et l’adresse.



Plus ou moins déjà innées ou non chez certains. Le tout en améliorant aussi d’autres aspects liés et essentiels dans tout sport comme la réactivité, la proprioception ou encore les habitudes instinctives du sportif (lucidité, réflexes archaïques...) sur le terrain.


👉 On devine donc facilement l’importance de l’étude et de la prise en compte des sciences telle la myologie, de l’anatomie, de la physiologie et de la biomécanique, pour ne citer qu’elles. La psychologie occupe elle aussi une place de choix dans la compréhension de l’athlète, mais il est ici question de préparation mentale, domaine où je ne suis pas expert.



Car le but à terme n’étant autre que de parvenir à mieux se connaitre pour pouvoir mieux agir à l’entraînement et enfin aboutir au meilleur entraînement possible en fonction de soi… pour devenir la meilleure version de soi.


☝️ En effet, le meilleur des programmes n’est pas générique et ne se change pas tous les mois. Il se construit, se personnalise et s’ajuste avec les années.


Régie par un exemple de « règles » et de « directives », la préparation physique présente plusieurs principes immuables. L’adaptation, la progressivité, la progression, sans oublier l’échauffement (à ne jamais négliger, vous risquerez de vous en mordre le doigts… la prophylaxie commence ici !) en font notamment parti.

De la même manière, différentes phases, stratégies de planification, protocoles et méthodes pour maximiser le développement de telle ou telle qualité physique sont utilisés. Ce sera d’ailleurs le sujets de prochaines vidéos sur la chaîne. 



IV- La vidéo qui résume tout :


Voici désormais la vidéo YouTube que j'ai tourné et qui résume toutes les informations à savoir, autrement dit sur les bases de la préparation physique. Evidemment, je juge bon de rappeler qu'elle n'englobe pas tous les travers de cette "discipline", mais qu'elle répond à la question "La prépa physique, c'est quoi ?", introductive à de très nombreux autres sujets. Elle est pour moi la réponse à la fois simplifiée mais construite à cette question que pourrait vous poser une personne dans la rue.

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter un bon visionnage !





V- Conclusion :


Pour conclure, retenez que la préparation physique apparaît comme un des principaux maillons de la réussite sportive au sens large, en plus des aspects techniques, tactiques et mentaux propres à la discipline de l’athlète. Et que sans elle, le niveau sportif serait bien plus bas qu’il ne l’est de nos jours. Il s’agit alors d’un élément à ne surtout pas négliger donc, si vous souhaitez devenir la/le meilleur(e) joueuse/joueur possible.


J’espère que cet article vous aura plus et qu’il vous aura permis d’en savoir plus sur le sujet.

On se dit à très vite pour de nouveaux contenus !

Florent.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.